Les 3 astuces de Mariouche pour réussir son entreprise artisanale

Les 3 astuces de Mariouche pour réussir son entreprise artisanale

Mariouche Gagné est une entrepreneure du domaine de la mode qui tient à cœur la valeur d’éco-responsabilité, sans compromettre le côté pratique et mode. Pendant ses études de design management à Milan, en Italie, une idée a migré dans sa tête. Dans le cadre d’un concours de fourrure, elle utilise le manteau de sa mère pour créer une nouvelle pièce. De ce projet est née Harricana, entreprise ayant comme but de donner une deuxième vie à des articles de mode haute-couture, en recyclant les matériaux et en les transformant en pièces uniques. Depuis 1993, l’entreprise suit cette grande mission, qui lui a permis de collaborer avec de grandes marques et de sauver plus d’un million d’animaux.

En 2017, Canadian Hat, entreprise de chapeaux haut de gamme, acquiert Harricana. Depuis, la collaboration entre les deux marques permet à Harricana de bénéficier de l’expertise de Diane Lanctôt, présidente de Canadian Hat, mais également à l’entreprise de chapeau presque centenaire de profiter d’un certain renouveau.

Aujourd’hui, Mariouche s’occupe pour Harricana et Canadian Hat de ce qui touche à la direction artistique, au développement des affaires et à la planification stratégique.

Harricana par Mariouche Gagnée

De passage au Quartier Artisan pour la 3e fois depuis les débuts, Mariouche souhaitait apporter aux artisans des connaissances du domaines des affaires. Selon l’entrepreneure, les artisans doivent absolument séparer leur vie personnelle de leur entreprise et se verser un salaire.

“Que ce soit un petit ou un gros montant, de se verser un salaire les oblige à avoir une discipline pour s’assurer qu’ils calculent leur temps dans l’entreprise. S’ils ne calculent pas leur temps, ils ne l’incluent jamais dans leur prix et ils s’épuisent puisqu’ils ne réussissent jamais à se payer. En se versant un salaire, ils peuvent réaliser combien ils investissent et cela leur donne un point justifiable lors de rencontres de financement avec des banques ou des investisseurs.”

À travers son intervention, Mariouche souhaitait également transmettre l’importance de la simplicité dans la stratégie de marque artisane. Selon elle, il est primordial de ne pas s’éparpiller à travers trop de réseaux de distribution et de simplifier la gamme de produit le plus possible. Cette simplification permet une concentration des efforts de marque, mais aussi de trouver la rentabilité plus facilement. Au cœur de tout cela se retrouve la planification, point très important dans l’intervention de Mariouche.

“Il faut partir d’un plan pour créer, pas créer pour faire un plan. En développement de produit et en création, les artisans sont plutôt avancés. Ils ont une bonne idée des piliers de leur marque, qui est bien pensée. Il leur manque un peu le côté affaires. Pendant l’atelier, ils devaient faire une présentation de leur modèle d’affaires. Ils étaient très nerveux, puisqu’ils sont toujours plus à l’aise de parler de création que du côté business. Puisque j’ai fait beaucoup d’essais-erreurs dans mon parcours d’entrepreneur, je voulais leur faire part des bonnes pratiques pour qu’ils arrivent à développer l’aspect affaires de leur marque.”

Le contact avec les artisans permet à Mariouche de sortir de son quotidien. Reconnaissante de tout le support qu’elle a reçue depuis ses débuts, elle souhaite faire profiter de ses connaissances et son aide aux artisans.

“Les artisans qui s’inscrivent dans le genre de coaching qu’offre Quartier Artisan sont dans un moment où ils ont envie d’apprendre et d’échanger. Ils construisent un projet à partir d’une passion et font preuve d’une très grande créativité. Échanger avec eux me permet de sortir de mon quotidien et de me rafraîchir, mais aussi de leur transmettre des conseils pour les aider à bâtir.”

Aller à la barre d’outils