10 erreurs à éviter pour un dirigeant ou une dirigeante de toute petite entreprise.

10 erreurs à éviter pour un dirigeant ou une dirigeante de toute petite entreprise.

Auteur : Frédéric Parissier, professeur en marketing à l’Université du Québec à Trois-Rivières

Après 30 ans de la pratique du conseil auprès de Toutes Petites Entreprises (TPE) ou de solo ou de duo, quelques évidences peuvent être mises en avant.

Est-ce que cela fera votre succès peut être ? mais avec certitude cela vous évitera certains ennuis!

Et plutôt que de voir le côté sombre des erreurs nous allons les exprimer en orientation positive sous forme de 10 choses à faire pour votre succès :

  1. Être positif et constructif: Il est évident que dans la toute petite entreprise le (la) dirigeant(e) est confronté (e) à un nombre parfois incalculable de tracas et de turbulences. Perdre confiance et devenir « négatif » (= voir presque tout du mauvais côté) peut parfois arriver. Mais soyons clair, les personnes positives et allant de l’avant, faisant face aux aléas sont ceux qui mobilisent. Les personnes d’esprit positif attirent et leurs affaires vont mieux. Donc on regarde le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide!
  2. La qualité et le sérieux se vendent si on prend soin de le faire percevoir et de s’assurer que le client a perçu votre qualité et votre sérieux. Prenez l’exemple du garagiste pourquoi certains prennent le temps de vous remettre une fiche des contrôles qu’ils ont effectué pour vous et prenne le temps de vous la commenter? Logiquement tout professionnel de l’entretien automobile effectue ce type de contrôles (usures freins, Pneu, …). Le fait de vous montrer que la qualité est là, que le sérieux est là. Ne laissez pas partir votre client sans lui avoir expliquÉ la qualité de votre travail.
  3. On a presque toujours 5 minutes, une heure pour prendre une décision, prenez ce temps de recul avant d’agir. Hormis en matière de secourisme où chaque seconde compte, dans la vie professionnelle de TPE, tout va vite, et souvent vous êtes amené à prendre une décision en moins de 5 secondes. Prenez un temps de recul. Exemple doit on prendre cette commande qui va bousculer nos livraisons pour nos clients habituels, doit on répondre dans la minute à ce fournisseur qui nous propose une amélioration de notre site internet. Parfois il est bon de laisser passer une nuit pour prendre une décision. Cela s’appelle mûrir une décision.
  4. Être cohérent, de nos jours la cohérence est presque ce qui est le plus difficile à réaliser. Exemple vendre des produits locaux et pour des raisons de coûts avoir des emballages venant de l’autre bout du monde.
  5. Avoir des indicateurs de gestions et de finances en permanence en tête. L’argent ne fait pas le bonheur mais il peut y contribuer, dans le cas des TPE, il faut avoir en tête vos chiffres clefs. Aucune activité ne peut durer sans avoir une situation financière saine à un moment donner. Donc il faut savoir clairement où vous allez avec vos finances. Même si cela est parfois réducteur mais connaître le chiffre d’affaires cible de la journée ou du mois est une bonne base. Idem pour les principaux postes de frais.

    Trouvez votre unicité. Crédit photo : CréationsMaripose

  6. L’unicité de l’artiste est une piste difficile. Souvent en TPE, des clients peuvent vous amener vers des créations assez uniques, presque des œuvres d’art. Il ne faut pas se tromper même si on parle du marché des œuvres d’art, les acheteurs d’un tableau de Matisse ne courent pas les rues. Et le cas de l’œuvre d’art est la difficulté à trouver les acquéreurs. Tout le monde ou presque a acheté des posters ou des affiches reproduisant des grandes œuvres mais qui possède les originaux, seul un musée en possède! Attention trop souvent la TPE peut être attirée par la production ou la prestation de services spécifique mais …le marché est-il là?
  7. Distinguer être vu – connu et acheté. Le client est souvent dans un processus d’achat qui est souvent complexe, il cherche des solutions, puis parmi les offres qu’il connait il choisit celle qui lui semble la meilleure opportunité. Perdre de vue ces étapes c’est prendre le risque de manquer son processus de mise en marché. Il faut que les cibles vous voient puis qu’elles apprécient votre valeur pour enfin se décider. Pour traduire cela en mot simple, un site internet bien référencé avec un bon relais sur les médias sociaux pour être vu, puis des arguments forts bien mis en avant, et enfin savoir déclencher le petit plus de la décision.
  8. Par nature la TPE est petite voir elle est une seule personne. La clef du succès ne pas être seul. S’entourer de mentors, de conseillers, d’amis qui peuvent vous aider à prendre du recul. Avoir un regard d‘expérience face à une question est important. La force d’un solitaire est son entourage.
  9. Mettre en avant vos forces ou vos facteurs distinctifs et ne jamais se lasser de le faire. Trop souvent on croit que tout le monde perçoit vos forces et vos éléments distinctifs. Ce n’est pas exact. Il convient de mettre en évidence et de répéter régulièrement vos forces. Si par exemple vous êtes le seul artisan rembourreur dans un rayon de 10 km c’est évidemment un facteur distinctif!
  10. Croire en vous. Avoir confiance en vous. Le créateur d’entreprise est la base de l’énergie de l’économie d’une région. Vous êtes les moteurs du dynamisme.

 

Aller à la barre d’outils