Prendre des risques et se permettre de rêver, Blank & Ionik nous inspire

Prendre des risques et se permettre de rêver, Blank & Ionik nous inspire

Auteur : Annie Passalacqua de Signé Local

Un artisan doit rêver en affaires et voir grand. Blank & Ionik se sont permis de prendre des risques et en récolte aujourd’hui ses succès, ici au Québec ! Blank & Ionik ont su réussir en affaires.

Est-il nécessaire pour un artisan de se spécialiser pour réussir en affaires ? Blank & Ionik sont un des seuls producteurs de vêtements encore installés ici au Québec. Benoît Gariépy, solopreneur de Blank & Ionik, nous explique que «depuis 13 ans, il y a 10 fabricants connus qui ne sont plus sur le marché. Il n’y a plus beaucoup de fabricant. Tout le monde se spécialise et produit des vêtements de design. Nous, on a la chance de vendre en gros, du gros volume.»

« Le fait au Québec, c’est notre mission »

Les deux marques ont su offrir des vêtements de qualité à prix abordables, et ce, même en étant fabriqués ici au Québec. «Le fait au Québec, c’est notre mission. On veut garder la production ici. Je garde l’argent ici, je garde les jobs ici.» Ce défi, Benoît le réussit haut la main grâce au volume de production et à des bons choix de fournisseurs qui sont d’ailleurs situés à moins de 20km de l’atelier! Benoît est fier que tout puisse être produit localement et 100% fait au Québec : «si le coton poussait aussi au Québec, on en achèterait ici. On part de la fibre, on travaille avec des sous-traitants. On fait venir le fil par bateau et le sous-traitant fabrique le tissu et le teint, puis nous le ramène et on fait la coupe et l’assemblage».

Voir grand, c’est aussi de prendre des risques et de se challenger

Crédit photo : Blank, designer Lise-Marie Cayer

Pour Benoît Gariépy, la plus grande force d’un entrepreneur est sa capacité à prendre des risques et à s’adapter aux situations. «Si j’écoutais mon comptable, il m’aurait dit de tout arrêter ça. Je me dis: tu prends ton argent, tu l’investis […]. À un moment donné, ça va rapporter. Il me demande « pourquoi tu t’entêtes à faire du développement de produit? » Ma raison: jai besoin d’innovation. Le challenge.»

C’est ce qui a amené Blank à lancer une nouvelle ligne de vêtements de sport : Ionik. Benoît s’est demandé: «pourquoi on n’a pas un brand de sport canadien #1? Pourquoi ce n’est pas possible? Nike. Rebook. Il faut rêver en affaires.» Benoît a donc créé une autre division de vêtements de sport et depuis, il supporte au-dessus de 65 athlètes au Canada, 4 au États-Unis et 1 en Asie, en plus d’offrir des commandites de vêtements: «on est victime de notre succès».

Pour réussir en affaires, «ça prend des reins solides»

Ce succès est le résultat de nombreux efforts et d’un souci de la qualité du produit, mais aussi du service. «Pour garder une compagnie vivante, ça prend des ventes. Aujourd’hui le monde va avec la facilité, ils vont au magasin, c’est facile. Il faut donc être présent et aller chercher un client, un par un.» Et parfois, c’est avec un bon client qu’une entreprise peut faire un pas de géant.

Le succès de Blank & Ionik nous inspire

Benoît nous raconte une histoire inspirante: «il y a 2 ans, on a fait le plus gros contrat de fabrication de vêtements au Québec. Le client était conscientisé pour l’achat local et la commande était de 180 000 t-shirts avec un délai de 4 mois. Les délais étaient plus que serrés. On a dû se débrouiller pour trouver du fil pour 180 000 t-shirts. Réserver le fil des prochains bateaux pour que ça arrive à temps, organiser les teinturiers… On a produit 15 000 chandails par semaine. C’est ce contrat qui nous a aidé à propulser la ligne Ionik [et] investir dans la boutique en ligne, la fabrication de nouveaux tissus et concevoir de nouveaux modèles. Ça a pris 12 ans de travail pour avoir ce contrat là. Je veux continuer à monter ce rêve là pour que ça arrive. C’est des risques et je les prends.»

Blank & Ionik nous montrent qu’il est possible de rêver en affaires et d’atteindre notre petit rêve fou entrepreneurial. Il faut du temps, de la patience, être soucieux de la satisfaction de ses clients, ne pas avoir peur de foncer et prendre des risques. Go !

Crédit photo: Blank, collection VOYOU par Lise-Marie Cayer

 

 

Aller à la barre d’outils