Baléco met le développement durable au coeur de ses priorités en affaires

Baléco met le développement durable au coeur de ses priorités en affaires
Auteur : Annie Passalacqua de Signé Local

Respecter les normes écoresponsables, ça coûte des sous. Comment un artisan peut-il s’impliquer dans le développement durable sans trop dépenser ?

«Sans dépenser de l’argent on peut y réfléchir, ça ne coûte rien de se poser la question. Une fois qu’on prend conscience et qu’on mesure ce qu’on fait, on peut établir des actions toutes simples pour contribuer au développement durable» dit Anie Rouleau, fondatrice et présidente de Baléco, une entreprise qui se démarque avec ses initiatives écoresponsables et son sens de l’innovation.

Baléco, une entreprise écoresponsable exemplaire

Lancée en 2012, Baléco est une entreprise canadienne de produits et services écoresponsables qui redéfinit la notion de la propreté en offrant des produits biodégradables et sans fragrances pour la maison et le corps. Elle propose entre autres des stations de remplissages où il est possible de remplir les bouteilles de savon en vrac dans un commerce de proximité comme les grandes surfaces, les épiceries IGA et Métro, les boutiques de quartier ou les magasins spécialisés en produits naturels. «J’ai réussi à démocratiser le vrac et rendre l’habitude de consommation facile et accessible pour le consommateur» explique Anie Rouleau.

Bien choisir ses priorités en affaires et s’y tenir

Anie Rouleau est fière de ne pas avoir succombé ou trahi ses convictions : «Il y a des offres pour acheter des produits en Chine, au Bangladesh, mais chez Baléco on tient à encourager l’achat local avec des fournisseurs locaux. Plus de 90% des produits sont achetés localement.» Elle a su ouvrir une entreprise à son image, qui est profitable tout en rejoignant ses valeurs personnelles, sociétales et environnementales. L’entreprise s’est d’ailleurs dotée d’une certification B Corp qui établit des normes internationales sociétales et environnementales exigeantes pour la gestion des opérations, l’approvisionnement responsable, le choix des fournisseurs, etc.

L’importance de s’engager dans le développement durable

Crédit : Anie Rouleau

Le développement durable n’est qu’une tendance marketing pour certains, mais pour Baléco c’est un engagement concret avec des choix réfléchis, le respect de normes très strictes et des actions réelles pour réduire la consommation en eau, favoriser le compostage, réduire les déchets ou encore le transport des matières premières.

C’est avec une grande conviction qu’Anie Rouleau explique qu’elle ne pourrait jamais lancer une entreprise sans se soucier de son impact sur l’environnement et la société. Elle trouve impensable d’utiliser du plastique, mais pour conserver les propriétés de ses produits, le plastique est le meilleur contenant. L’entrepreneure redouble ainsi d’efforts pour s’engager dans le développement durable et réduire au maximum l’empreinte écologique de son entreprise.

«Je n’ai pas le choix de fabriquer des bouteilles de plastique pour fabriquer des savons. Comment réduire notre empreinte de plastique ? On a trouvé du « packaging » compostable et des produits recyclés. Je crois vraiment qu’on peut bâtir une entreprise à succès et avoir des considérations pour l’environnement.» Elle mise aussi sur la transparence de leur engagement autant dans la divulgation des ingrédients des produits, de la production que dans la gestion de la gouvernance de l’entreprise.

 

Anie Rouleau, femme de l’environnement

Membre du groupe Femme de l’environnement, Anie Rouleau prend part à la sensibilisation au développement durable en entreprise. Être une entrepreneure engagée dans le développement durable, c’est aussi s’impliquer dans la vie de tous les jours, hors entreprise, pour des causes sociales ou encore, pour réutiliser, recycler et réduire les consommations en eau, en déchet, etc. Au sein de Baléco, par exemple, l’équipe réalise annuellement des heures de bénévolat et donne de son temps collectivement cette année pour la Tablée des chefs.

Modèle de femme entrepreneure et mentor pour Futurpreneure, Anie Rouleau s’engage aussi à démontrer que l’entrepreneuriat est un métier. Elle s’implique d’ailleurs dans l’entrepreneuriat au féminin, notamment en étant conférencière à la BDC, à Lyon, en France pour montrer qu’il est possible de créer des entreprises en pensant à l’environnement et à l’économie. Elle y explique comment le «made in France» est vu au Canada. Membre du CA de «made in Montréal», elle met en valeur le «fait local», le retour aux sources, le «madeQuébec» et le «made in Canada». Une femme très impliquée qui a ses priorités d’affaires à coeur, une femme de l’environnement.

Crédit photo : annieworkstation
Photo de la station de remplissage au IGA de Chambly

 

Aller à la barre d’outils