LA COHORTE DE L’ACCÉLÉRATEUR DE QUARTIER ARTISAN (2/2)

LA COHORTE DE L’ACCÉLÉRATEUR DE QUARTIER ARTISAN (2/2)

Dans le cadre de notre collaboration avec le Quartier Artisan – L’accélérateur des artisans du Québec, Signé Local vous présente la première cohorte qui compte huit artisans/entrepreneurs qui ont commencé leur formation.  Suite à l’article du mois de mars, voici quatre autres artisans/entrepreneurs.

Encore cette fois, j’ai eu l’occasion de rencontrer quatre artisans/entrepreneurs passionnés et investis à fond dans le développement de leur entreprise.

Ce mois-ci, je vous présente Ebenor Percussions, Atelier Bussière, Foutu Tissu et Amulette.

Ebenor Percussion

J’avoue que je ne m’y connais pas du tout en percussion et encore mois en fabrication de batteries. C’est donc avec une grande curiosité que j’ai découvert Ebenor Perscussion et avec beaucoup d’intérêts que j’ai discuté avec son président, William Leclerc.

Ebenor a vu le jour il y a un peu plus de deux ans et demi. Après des études en technique de génie mécanique au cégep de Sherboorke, William a entrepris une formation en lancement d’entreprise. Parallèlement, il travaillait dans une entreprise de vente de batterie et montait son plan d’affaires. Lorsqu’il a quitté son emploi, les planètes sont alignées pour qu’il puisse réaliser son rêve. C’est ainsi qu’est né Ebenor Percussion.

Ebenor n’est pas seulement une entreprise de fabrication de batteries, c’est aussi une entreprise dont l’identité québécoise est très forte. On retrouve d’ailleurs une fleur de lys sur le logo de la compagnie. De plus, William travaille ses instruments avec du cuir recyclé et des bois du Québec.

Batteur et passionné des instruments, William crée une identité sonore unique tout en offrant des instruments haut de gamme pour les artistes professionnels.

 

L’année 2017 sera une année d’expansion pour Ebenor Percussion puisque son président élabore présentement un plan de communication et un plan financier en vue d’une éventuelle expansion en Europe. D’ailleurs, une première vente a déjà été conclue, ce qui laisse présager que l’intérêt pour les instruments d’Ebenor Percussion est aussi présent sur le vieux continent.

Par ailleurs, l’entreprise est finaliste pour le prix de jeune travailleur autonome du Québec au concours provincial Arista qui récompense et met en valeur les jeunes de la relève d’affaires québécoise.

De plus, Ebenor Percussion aura bientôt son ambassadeur de réputation internationale.

Vous désirez en savoir plus sur Ebenor Percussion? Je vous invite à visiter la page de l‘entreprise sur le site de Signé Local.

 

Atelier Bussière

Les meubles uniques ont la cote ces dernières années. On voit de plus en plus d’entreprises se lancer dans la fabrication de meubles faits en bois de grange ou avec des pièces de bois recyclés. Toutefois, Atelier Bussière se démarque en offrant des pièces aux allures esthétiques, uniques et intemporelles, qui sont fabriquées en partie ou en totalité à partir de pierres telles que le granit, le marbre et le calcaire.

J’ai eu l’occasion de discuter avec Jean-François Bussière de son entreprise lors d’une conversation téléphonique. D’emblée, je lui ai avoué que je trouvais que ses meubles et ses pièces m’interpellaient vraiment. J’aime le côté unique et les matériaux avec lesquels ils sont fabriqués.

Jean-François, le propriétaire d’Atelier Bussière est dans le domaine de la pierre depuis quelques années. C’est une histoire de famille. En effet, venant d’une famille d’entrepreneurs, il a dirigé l’entreprise familiale qui se spécialisait à l’époque dans la fabrication de comptoirs de granit et de quartz. Après des études en administration, en marketing et en développement de PME, Jean-François a longtemps rêvé au projet de concevoir des objets et des meubles en pierre.

Ce n’est que lors de la vente de l’entreprise familiale que Jean-François a pu réaliser son rêve de créer son entreprise de fabrication de meubles et d’objets en pierre : ce qu’il appelle Atelier Bussière 2.0. Atelier Bussière se démarque dans le domaine de la fabrication de meubles en étant le seul à travailler la pierre. De plus, il utilise les surplus de matériel provenant des usines de fabrication de comptoir de sa région.

 

 

Fier de s’être écouté et d’avoir réalisé un projet qui lui tenait à cœur, Jean-François travaille d’arrache-pied pour propulser son entreprise au niveau des ventes et de la visibilité. En effet, Atelier Bussière sera présent au SIDIM (Salon international de design de Montréal) qui aura lieu du 4 au 6 mai prochain à Montréal.

De plus, divers projets se dessinent pour Jean-François et Atelier Bussière. Entre autres, des séances photo des produits et la création d’outils marketing.

Si vous désirez en savoir plus sur Atelier Bussière, je vous invite à consulter la page de l’entreprise sur le site de Signé Local.

Foutu Tissu

Foutu Tissu vous connaissez? Vous devriez! Les produits sont beaux, design, mais surtout intemporels. Lorsque vous achetez un produit chez Foutu Tissu, ce n’est pas pour le remplacer dans quelques mois. C’est une pièce qui s’agencera dans votre décor durant des années.

En plus des meubles et des objets rembourrés et des impressions textiles, Foutu Tissu offre un service de rembourrage et de recouvrement. Si vous souhaitez redonner vie à un meuble défraîchi, Foutu Tissu lui redonnera sa gloire d’antan et même plus, puisqu’il sera actualisé au goût du jour.

Ces derniers jours, j’ai eu l’occasion de discuter avec une des deux fondatrices de Foutu Tissu, Emanuelle Dion. C’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai appris à connaître l’entreprise et ses fondatrices.

La première question qui m’est venue en discutant avec Emanuelle est par quel hasard Isabelle et elle s’étaient rencontrées et en étaient venues à créer Foutu Tissu. En effet, les deux propriétaires ont des parcours académiques un peu différents. Isabelle a étudié en ébénisterie et en photographie avant de rejoindre l’École des métiers de meubles de Montréal pour y étudier le rembourrage artisanal. Emmanuelle, pour sa part, a suivi un cours en design textile au Centre de design et d’impression textile de Montréal après avoir terminé un DEC en Arts plastiques. Durant sa formation, elle pensait travailler dans le domaine des vêtements, mais c’est plutôt vers les meubles et les objets rembourrés qu’elle s’est tournée.

Emanuelle me confirme qu’elles ne se sont pas rencontrées durant leur formation, mais plutôt lorsqu’elles travaillaient toutes les deux en cuisine.

C’est lors de leur rencontre en 2007 que Foutu Tissu est né. L’entreprise fête donc cette année ces 10 ans d’existence. Ce n’est pas rien pour une PME ! Toutes mes félicitations!

Pour sa 10e année d’existence, Foutu Tissu s’est offert une nouvelle collection. De plus, vous pourrez rencontrer les sympathiques propriétaires lors du SIDIM du 4 au 6 mai prochain à la Place Bonaventure à Montréal.

Si vous désirez en savoir plus sur Foutu Tissu et admirer sa nouvelle collection, je vous invite à visiter la page de l’entreprise sur le site de Signé Local.

 

Amulette 

Des lampes et des tapis alliant des techniques traditionnelles et une vision contemporaine, c’est ce qu’offre Amulette et sa fondatrice Annie Legault. Ses produits, tous faits à la main, offrent des textures et des matières réconfortantes qui sauront mettre en valeur les pièces de votre maison.

Lors de l’entrevue, j’ai rencontré une femme passionnée et sympathique qui m’a raconté brièvement l’histoire d’Amulette. Annie s’est toujours sentie prédestinée à travailler dans le textile. En effet, elle a travaillé durant des années dans une friperie à Montréal et a complété un DEC en Arts Plastiques au cégep Lionel-Groulx, des cours en impression textile ainsi qu’un BFA avec mention d’honneur du département de fibre et textile.

C’est lors de son projet final de BFA que Lysanne, sa patronne et amie de Espace Pépin, lui propose d’exposer dans sa vitrine de boutique du Vieux-Montréal son œuvre de lampe à pompons géants et ses tapis.

Depuis, tout déboule! Des entrevues pour la revue Maison et Demeures et pour Radio-Canada lui ont donné une belle visibilité. Elle a aussi participé à la décoration du mariage de Béatrice Martin. Ce dernier a eu une couverture médiatique impressionnante.

Amulette n’est pas à court de projets pour les prochains mois non plus. Annie travaille présentement sur un nouveau projet. Aussi, elle a plusieurs contrats de vitrines de boutiques ainsi que des contrats de location de lampes et d’installation artistiques et événementiels. Par ailleurs, elle participera au SIDIM (salon international de design de Montréal) qui aura lieu du 4 au 6 mai prochain à la Place Bonaventure. Enfin, elle souhaite mousser les ventes de ses produits hors du Québec et se faire connaître dans le reste du Canada et ailleurs dans le monde.

Si vous désirez en savoir plus sur Amulette, je vous invite à visiter la page de l’ entreprise sur le site de Signé Local.

 

Article rédigé par Sandra Lacroix, collaboratrice chez SignéLocal – La Vitrine du fait au Québec

Aller à la barre d’outils