Retour sur le premier module

Retour sur le premier module

Ça fait deux semaines que l’Accélérateur des artisans a commencé. Après avoir assisté à plus de 9 ateliers et rencontré une panoplie d’intervenants, tel Jean-Claude Poitras, où en sont nos 8 accélérés?

Cette semaine, une artisane me confiait qu’elle était « plus mélangée aujourd’hui qu’avant ». Un autre me disait qu’il était reparti du premier module, avec « plein de questions en tête ». Rappelons-nous que ce premier bloc d’atelier avait comme objectif de  les faire réfléchir à leurs aspirations comme artisan et surtout comme personne. Une tâche qui semble anodine, mais qui nous force à sortir de notre routine, à prendre une pause, à tirer la plogue, et regarder ce que l’on a accompli, comprendre ce que l’on veut et surtout se doter de moyens clairs pour le partager.

Le partage

Comme l’expliquait Constantin Tombet-Moupegnou, doctorant en administration des affaires (DBA) à l’université de Sherbrooke, une entreprise est une co-construction. Les clients, les employés et les fournisseurs sont des collaborateurs qui nourrissent la vision et assurent son évolution dans le temps. Il est donc impératif de la partager, et de façon claire, pour que notre réseau se l’approprie et s’engage à la rendre réalité. Cela s’applique d’autant plus aux entreprises artisanales où chaque produit est l’œuvre de son créateur. L’artisan ne cherche pas seulement à faire de l’argent, mais exprime un savoir-faire et un savoir-être qui lui est singulier.  Cette flamme qui anime les mains du créateur doit être décortiquée, comprise, ramenée à la conscience et être partagée.
Cette semaine déjà, Sonia de Mousseline, me disait qu’elle avait changé la façon d’écrire ses messages sur Facebook. « Je ne mets plus l’emphase sur mes produits, mais je partage l’ambiance de ma boutique et mes valeurs ». Mes clients viennent pour mes bijoux, mais aussi parce qu’il partage ma passion pour les plantes ».

Si on partage nos valeurs, et notre vision, les collaborateurs qu’on attire seront le reflet de nos aspirations. Et…..« tout devient plus simple », affirme Constantin. Les personnes qui se greffent au projet sont convaincues de sa pertinence et travaillent dans la même direction que son concepteur. On est moins dans une logique de contrôle, que dans une logique d’autonomie  et de collaboration où chaque partie prenante contribue à l’expansion de ces valeurs par la synergie crée autour du savoir.

L’accélérateur comme lieu de partage

Si on tente d’offrir aux artisans un espace où ils puissent réfléchir, on espère aussi qu’il facilite le partage : pour encourager l’apprentissage par paire, et surtout pour que l’accélérateur devienne le collaborateur qu’ils sont venus chercher. D’ailleurs, Théo de Théo Luthier se disait avoir été surpris de l’écoute des conférenciers et leur capacité à se comprendre leur réalité d’artisan.
Mais si on est à l’écoute,  il faut aussi que vous parliez et partagiez vos valeurs et votre vision.  Alors qu’elles sont vos valeurs? Le savez-vous vraiment?

Après deux semaines, nos accélérés y réfléchissent encore, et bientôt ils partageront avec vous leurs passions.

 

Aller à la barre d’outils