Quand expérience rime avec succès

Quand expérience rime avec succès

Il faut entendre Nathalie Lessard pour comprendre comment l’expérience peut devenir la clé du succès entrepreneurial. Forte de 28 ans d’acquis dans le domaine de la mode, elle dirige son entreprise, Les Arts Fashion, avec instinct, zèle et passion.

Située dans la municipalité de Lambton, sa boutique est reconnue dans le coin comme un endroit mythique et hors de l’ordinaire. D’ailleurs, j’ai rencontré Nathalie à la suite d’une proposition qu’une citoyenne de la ville m’a faite. Elle vantait l’ingéniosité de la créatrice.

blogue3_lesartsfashion-2Sa ligne de vêtements est appréciée pour son confort et son élégance. Comme elle le dit, « c’est la simplicité à son meilleur, je veux mettre en valeur la personne qui porte le vêtement et non l’inverse ». On y trouve le pantalon ajusté, la camisole, la robe de semaine et de soirée, le legging. Bref, tout pour se faire une garde-robe distinguée, dans toutes les grandeurs. Et en plus, elle ajuste les vêtements aux mesures de ses clientes.

Il faut comprendre que l’entrepreneure coud du plus loin dont elle se souvient. « Enfant, je faisais des vêtements à mes poupées, et je n’ai plus jamais arrêté », confie-t-elle. Nathalie a entamé un diplôme d’études collégiales au C.N.D.F. De cap-Rouge, et a poursuivi sa vie professionnelle entre designer pour le théâtre et la télévision, la vente de tissu, la gestion d’opération. Enfin, « j’ai touché à tout ce qu’il y a entre le fil et le vêtement », dit-elle.

Elle raconte même avoir fait de la vente auprès des manufactures ouvrières de Montréal, où la langue principale était le mandarin. Il ne faut donc pas s’étonner que son expérience la motive à prendre des risques et à pousser les portes. Elle a ainsi récemment ouvert une boutique en ligne et utilise les médias sociaux. Il faut dire que lorsqu’elle a commencé, Internet n’existait pas.

Mais l’atout principal de son expérience passe par sa confiance et son talent qui lui permettent de mettre toute sa créativité au profit de sa ligne, Les Arts Fashion. « Ma façon de diriger est tout aussi artistique que mes vêtements », me confie-t-elle. Elle a l’assurance que les choses se placeront et arriveront au bon moment. La planification, elle ne connaît pas. Cela ne l’a pas empêché de vivre sa passion dans un contexte rural, où l’on se plaint souvent de l’étroitesse des marchés.

Elle se laisse guider par sa spontanéité : le matin elle crée et vend au gré de la journée.

Pourtant, elle a parfois encore de la difficulté à être perçue comme une designer et non comme une couturière. Peut-être sont-ce les vestiges d’une époque où le « fait main » n’était pas valorisé. Mais avec le retour des artisans-fabricants, le savoir de Nathalie regagnera la faveur. D’ailleurs, le jour où « je déciderai d’arrêter », elle espère pouvoir trouver quelqu’un d’aussi passionné qu’elle à qui transmettre ses connaissances. Mais ne nous inquiétons pas, car comme elle le dit si bien « j’ai confiance en la vie ».

Aller à la barre d’outils